lundi 29 septembre 2008

Les répertoires devenus obsolètes?

La présence de plus en plus importante de données accessibles sur Internet provoque une désaffection grandissante des chercheurs pour d’autres sources notamment celles sur support papier.

Un chercheur a-t-il raison d’ignorer les autres sources? L’examen attentif d’un ouvrage paru récemment fournit des éléments de réponse à cette interrogation. L’ouvrages est le suivant :

Jacqueline Lapierre Sylvestre
Répertoire des baptêmes et des annotations marginales. Paroisse de Saint-Sébastien Comté de Frontenac 1869-2007.
Saint-Sébastien, Société d’histoire et de généalogie du Granit, 2008, 672 p. (Publication numéro 4).

Commentaires :

- la majeure partie de l’information contenue dans ce répertoire [5 759 baptêmes et 2 618 annotations marginales] n’est pas accessible en ligne; en effet, la Collection Drouin ne couvre pas la période 1941 à 2007 et ne fait pas état des annotations marginales;
- l’information de ce répertoire est plus riche que ce qui est accessible en ligne : la saisie de l’information a été réalisée à partir de la copie religieuse, la seule qui permette de connaître les annotations marginales; de plus, elle a été traitée par un chercheur et son expertise de cette communauté en fonde la véritable valeur ajoutée;

- l’information a été traitée et est organisée : elle est rassemblée par patronyme et un index consolidé de tous les patronymes mentionnés placé à la fin permet de localiser rapidement une donnée particulière;
- la consultation d’un tel document papier permet de visualiser davantage de résultats, ce qui facilite un balayage rapide du contenu et même, parfois, de trouver ce que l’on ne cherche pas;
- il est dommage que la diffusion de ce genre de répertoire soit limitée en pratique aux sociétés de généalogie; sur ce plan, Internet présente des avantages certains et appréciés en abolissant de fait notamment les barrières de la distance et du temps;
- un bel exemple de répertoire produit par un chercheur; les sociétés de généalogie regorgent de semblables répertoires de baptêmes, de mariages ou de sépultures; à chacun de les découvrir et de les exploiter;
- de notre avis et au net, la consultation du contenu dans une source imprimée est la plupart du temps plus riche que la même opération effectuée en ligne.

[Summary :

Online databases versus printed databases : where are the best data?]

Aucun commentaire: