Affichage des articles dont le libellé est Ville Marie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Ville Marie. Afficher tous les articles

vendredi 19 avril 2013

L'époux noté comme non catholique

Les registres de la paroisse Notre-Dame de Ville-Marie pour le 9 septembre 1896 font état de l'acte de baptême suivant :                         

«B 70   Marie Elisabeth Riverin 

Le neuf septembre mil huit cent quatre vingt seize, Nous Ptre Omi soussigné avons baptisé Marie Elisabeth, née le dix huit août précédent du légitime mariage de Thomas Riverin cultivateur et de Marie Green de cette paroisse. Parrain Jean Riverin, oncle de l'enfant, marraine Frances Reny qui n'ont pu signer avec nous.
T Thériault omi». 

Dans la marge, on peut lire l'annotation suivante :

«Mariée à Haileybury le 13 sept. 1912 à Cornelius Bigalow non catholique».
 

Pour l'église catholique où les sacrements sont importants, la mention qu'une personne concernée par un acte de l'état civil n'est pas catholique se comprend.
 

[Summary :
The church record for the baptism of a girl in Ville Marie, Québec.]

jeudi 24 novembre 2011

Elle communie pour la première fois à seize ans

Les registres de la paroisse Notre-Dame du Rosaire de Ville Marie pour le 5 octobre 1903 font état de l'information suivante :

«Première communion

A communié au La Kippewa le cinq octobre mil neuf cent trois Marie, Elisabeth Burns, agée de seize ans, fille de Thomas Burns et de Nellie Mc Carthy.
J.O. Pelletier ptre omi
.».

La présence d'un tel acte dans un registre de l'état civil n'est nullement requis par la réglementation et ne s'explique que par les besoins de l'église catholique. Cet acte suit celui du mariage de sa soeur.


[Summary :
The church record for the first communion of a young girl in Ville Marie, Québec.]

lundi 28 février 2011

Une erreur évitée de peu dans un acte de baptême

Les registres de Ville Marie pour le 27 décembre 1905 font état de l'acte de baptême suivant :

«B. 111. M. Jeanne Annette Pomerleau

Le vingt sept décembre mil neuf cent cinq, nous prêtre soussigné, de cette paroisse avons baptisé Marie Jeanne Annette fille legetime de Fortunat Pomerleau, journalier et de Olivine Pineault de cette paroisse. Le parrain a eté Zephirin Rouleau forgeron, et la marraine Eloise Leclerc épouse du parrain de cette paroisse. Lesquels n'ont pu signer avec nous.
[Ces sept mots sont barrés dans l'acte et sont remplacés par ceux qui suivent.] Le père de l'enfant n'a pu signer avec nous. Lecture faite
Heloïse Leclerc Zéphirain Rouleau O. Lambert ptre o.m.i.
».

Dans la marge au regard de l'acte, on peut lire l'annotation suivante :

«a épousé Ernest Bolduc à St Come de Beauce le 24 sept. 1923.».

La quasi mention erronée de la capacité de signer des parrain et marraine est-elle due à des informateurs qui ont induits le curé en erreur ? Noter les différences dans les prénoms de ces derniers dans la signature au bas de l'acte et dans l'acte.


[Summary :
The church record for the baptism of a girl in Ville Marie, Québec.]

jeudi 1 juillet 2010

Une déclaration assermentée relative à un baptême

Les registres de la paroisse de Ville Marie pour le mois de mars 1899 font état du document manuscrit suivant :

«St Isidore de Laverlochère
Comté Témiscamingue
P.Q. 10 octobre 1936


Je sous-signé certifie que je
suis parrain de Benoit Patry
et qu'il a été baptisé en ma
présence à ViIle-Marie Temis le
21 mars 1899.
Je déclare sous serment en
présence du juge de paix
Philippe Richard que ce que j'écris
est vraie
Jacob Brouillard
Adelard Patry pere
Philippe Richard
Juge de paix
Assermenté ce 10ieme
jour octobre 1936


Une fois déposé au palais de justice, une modification (correction ou ajout) à un registre tombe sous l'emprise de pouvoir judiciaire et nécessite des démarches appropriées. On peut s'interroger sur la raison qui explique une telle démarche plus de 36 ans après la naissance de l'enfant.


[Summary :

An handwritten declaration pertaining to a baptism in the church records of Ville Marie, Québec.]

jeudi 1 janvier 2009

Une visite épiscopale à la mission du Lac Témiskamingue

Les registres de la paroisse de Ville Marie pour le 13 juillet 1893 font état du texte suivant :

«Acte de la Visite épiscopale à la mission du Lac Témiskamingue

Narcisse Zéphirin Lorrain par la grâce de Dieu et la faveur du Saint Siège Apostolique, évêque du Cythère et Vicaire Apostolique de Pontiac.

Le vingt cinq juin mil huit cent quatre vingt treize, Nous avons fait notre visite pastorale à la mission du Très Saint Rosaire du Lac Témiskamingue. A cette occasion, le sacrement de confirmation a été administré à cinquante quatre personnes. (54).
Le dimanche à la grand-messe, il nous a fait plaisir de voir l’église se remplir de fidèles venus, plusieurs d’une grande distance, malgré la pluie let le mauvais état des chemins.
Depuis notre dernière visite, un clocher remarquable par son élégance, a été bâti sur l’église; et nous sommes heureux d’apprendre que des préparatifs sont actuellement à se faire, afin de terminer l’intérieur de cette même église, commencée il y a six ans, en l’année 1886, et occupée pour la 1ere fois au mois de déc. 1887.
A notre retour de notre visite à Abbitibi, et à la Longue Pointe, nous avons profité des quelques jours de loisir que nous avons passé, ici, en attendant le temps de la visite à la Tête du Lac, pour visiter les colons établis dans les cantons Guigues & Duhamel. Grande et agréable a été notre surprise en voyant les progrès immenses faits par la colonisation durant les six dernières années, dans ces contrées nouvelles. Nous souhaitons de tout cœur qu’un plus grand nombre de canadiens des vielles paroisses de la Province de Québec viennent s’emparer des terres si fertiles que leur offrent les bords du Lac Témiskamingue.

Il serait désirable que tous les catholiques de cette mission fussent amenés, maintenant, à payer régulièrement leur support aux Pères qui les desservent.

Donné à la Baie des Pères sur le lac Témiskamingue ce treizième jour du mois de
juillet, mil huit cent quatre vingt treize.
N. Z. Lorrain évêque de Cythere, Vic. Apost. de Pontiac #
».
Une évocation du contexte difficile dans lequel se développait la colonisation dans ce coin du Québec. La présence d’un tel texte illustre bien le fait que les autorités religieuses ont toujours considéré les registres comme des documents ecclésiastiques publics auxquels le pouvoir civil reconnaît de surcroît une valeur de document civil public.

Consulter Wikipédia pour en connaître davantage sur cet évêque.


[Summary :

A short account of the pastoral tour by a catholic bishop in Ville Marie, Québec.]